La passion de l'aéromodélisme
Bonjour et bienvenue ami modéliste, veuillez vous inscrire pour obtenir toutes les fonctionnalités du forum.
C'est totalement gratuit
Merci

La passion de l'aéromodélisme

Forum Belge d’aéromodélisme, avion, planeur, hélicoptère, multicoptère et autres
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 APPRIVOISEZ VOS CONTRÔLEURS ESC - PART 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rofra
Modérateur


Messages : 907
Points : 1221
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 72
Localisation : HERMETON S/M

MessageSujet: APPRIVOISEZ VOS CONTRÔLEURS ESC - PART 1   Mer 13 Aoû - 7:28:36

Bonjour

Pour vous réconcilier avec vos contrôleurs Brushless - les ESC

Texte et photos: Laurent Schmitz
Les moteurs et contrôleurs brushless (BESC) occupent désormais une place incontournable dans l'arsenal des modélistes. De plus en plus puissants, abordables, fiables... mais aussi complexes. Car il ne suffit plus de faire tourner le moteur, on peut maintenant paramétrer une foule d'options allant du frein-moteur à la mélodie de mise en route ! Et comme souvent le mode d'emploi est truffé d'abréviations obscures, il est parfois bien difficile de s'y retrouver...
Les moteurs à balais de l'antiquité pouvaient parfaitement être connectés directement à la batterie. Ils tournaient alors à fond. Pour faire passer plus ou moins de courant et modifier le régime du moteur on utilisait un "variateur". Cet accessoire jouait en fait le rôle d'une grosse résistance variable.
Les moteurs "brushless" (littéralement "sans balais") ont par contre absolument besoin d'être pilotés par un contrôleur. Brancher les fils d'un brushless directement à un accu ne sert qu'à produire une intense odeur de bobinages fondus... L'indispensable contrôleur se charge d'envoyer le courant qu'il faut au bon moment sur les trois fils du moteur afin que celui-ci tourne selon les ordres du pilote (voir l'explication en encadré).
L'apparition du moteur et des contrôleurs brushless puissants et bons marché ont ouvert la propulsion électrique aux modèles de toutes tailles et tous genres.
Demi-tour !
Pour faire tourner un moteur brushless à l'envers, il suffit d'intervertir deux des trois fils le reliant au contrôleur. N'importe lesquels, au choix. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ces fils n'ont pas de couleur standard : ils peuvent être connectés dans n'importe quel ordre. En revanche, il ne faut JAMAIS intervertir les deux fils noir et rouge d'alimentation du contrôleur. Le résultat de cette bourde est la destruction rapide des circuits internes...
Beaucoup de contrôleurs possèdent une option afin de changer le sens de rotation par la programmation, sans manipuler les fils. Cela peut être très utile si vous avez soudé les câbles sans tester le moteur au préalable... Cependant, il est tout de même plus pratique d'équiper le moteur et le contrôleur de connecteurs sérieux. Par convention et pour éviter les courts-circuits, on soude trois connecteurs mâles aux fils du moteur et trois femelles aux fils du contrôleur. Ces connecteurs devront serrer suffisamment pour ne pas se détacher tout seuls. Au besoin, assurez-les d'un tour de scotch.
Pour les multi-moteurs, il faut un contrôleur par brushless. Pour changer le sens de rotation, il suffit d'intervertir deux des trois fils menant au contrôleur.
BEC : retirez le fil rouge !
La fonction "Battery Eliminator Circuit" (BEC) permet d'alimenter le récepteur par la batterie de propulsion. Sachez que le courant disponible pour les servos est alors limité. Cela correspond de deux à cinq servos selon leur consommation et l'usage que vous en faites. Par ailleurs, le BEC diminue le voltage au prix d'une élévation de température importante. Si la batterie de propulsion dépasse trois éléments lipo, les composants risquent de surchauffer, causant la perte du modèle. Enfin, les récepteurs alimentés par le contrôleur sont davantage susceptibles aux interférences et autres "tops radio".
Dans ce cas, il est préférable de ne pas utiliser la fonction BEC. On dit alors que le contrôleur est en mode "OPTO" (comme les contrôleurs ne possédant pas de BEC). L'alimentation de la radio se fait par une petite batterie ou (mieux encore) un circuit "UBEC" séparé. Il faut alors IMPERATIVEMENT retirer le fil central de la nappe (le rouge) reliant le contrôleur au récepteur. Sans quoi, la batterie de réception se décharge brutalement dans les circuits du contrôleur, qui risque bien de partir en fumée...
En cas d'utilisation d'un accu de réception (ou UBEC) séparé, le fil rouge de la nappe reliant le contrôleur au récepteur doit être déconnecté.
Sur la fiche "Uni" allant dans le récepteur, soulevez le verrou en plastique de la borne centrale à l'aide d'une aiguille et retirez le connecteur en tirant sur le fil. Repliez celui-ci sur quelques centimètres et isolez d'un tour de scotch transparent.
Pour résumer, le BEC s'utilise uniquement sur les petits modèles légers alimentés en deux ou trois éléments lipos : motoplaneurs, avions en mousse, micro-hélicoptères. Pour tous les autres : passez en OPTO et déconnectez le fil rouge !
Notez que les contrôleurs les plus récents intègrent un "UBEC" assez puissant pour alimenter sans danger les servos. Vérifiez donc le mode d'emploi.
Le BEC intégré au contrôleur permet de se passer d'un accu de réception sur les petits modèles.
Programmez vos contrôleurs
Les contrôleurs modernes offrent presque tous des options paramétrables par l'utilisateur. Au minimum, le frein moteur peut être activé ou désactivé à l'aide d'un cavalier, d'un interrupteur ou de la position du manche des watts lors du branchement. Mais il est désormais standard de pouvoir régler bien d'autres fonctions. La programmation peut se faire de trois façons différentes. La plus conviviale est l'interface USB qui permet de relier le contrôleur à un PC. Après avoir téléchargé le programme sur le site du fabriquant, on peut paramétrer très facilement toutes les options. Une autre façon de modifier la programmation est d'utiliser une carte ou une boîte de programmation, sur laquelle on règle les paramètres avant de la connecter brièvement au contrôleur. Mais la méthode la plus courante est l'utilisation du manche des watts, qu'il faut déplacer quand le moteur émet un certain signal sonore. Cette procédure est souvent utilisable même quand une carte ou une interface USB sont disponibles.
Les interfaces USB, cartes et autres "boîtes" de programmation facilitent les réglages mais alourdissent la facture...
Chaque façon de faire a ses inconvénients. La programmation par stick n'est pas vraiment difficile, mais longue et fastidieuse. Heureusement, on ne programme pas son contrôleur tous les jours, donc l'inconfort est finalement très relatif. Mais gare au distrait qui aurait égaré le mode d'emploi ! Il se retrouverait condamné à utiliser son contrôleur tel quel, sans pouvoir le reprogrammer.
La carte ou le boîtier sont des accessoires pratiques qui permettent de visualiser toutes les options d'un coup d'œil. Mais ils alourdissent la facture et c'est toujours quand on en a besoin qu'on ne les retrouve pas. L'interface USB est quant à elle encore plus chère, mais elle permet d'accéder à des réglages bien plus fins. Par exemple, au lieu de régler le frein «On/Off», on peut choisir n'importe quelle valeur de freinage entre 0 et 100%. Au rang des inconvénients, le plus évident est qu'on dispose rarement d'un PC sur le terrain. En outre, le logiciel est rarement mis à jour et il risque fort de ne plus marcher correctement avec les versions plus modernes de Windows. Quant aux heureux propriétaires de PC Mac ou Linux, tant pis pour eux ! Mais ils ont l'habitude...
Ajoutons que les modes d'emplois sont rarement en français, ce qui ne facilite pas les choses. D'ailleurs, même si vous lisez l'anglais, l'origine asiatique de l'auteur est souvent perceptible. C'est parfois très rigolo, mais pas pratique du tout...
Enfin, si vous optez pour un contrôleur qui se programme à l'aide d'un outil externe, vérifiez qu'il soit aussi programmable par le manche des watts et conservez le mode d'emploi précieusement. En cas de panne ou de perte du «gadget», il vous restera un recours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://airef.forumgratuit.be/
 
APPRIVOISEZ VOS CONTRÔLEURS ESC - PART 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» APPRIVOISEZ VOS CONTRÔLEURS ESC - PART 2
» APPRIVOISEZ VOS CONTRÔLEURS ESC - PART 1
» [Police] Avez-vous déjà été contrôlé au facies ?
» Contrôleur de température pour Congélateur
» Question sur les contrôleurs de vitesse MGM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La passion de l'aéromodélisme  :: Forum :: Trucs et astuces-
Sauter vers: